« L'ami de l'ami du Ministre de la Justice | Accueil | Être Italien au Japon »

01 novembre 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Vincent

une amie me disait que c'était moins prise de tête de mettre une jupe au Japon qu'a Paris, ici la nana se siffler dans le métro, au Japon tout le monde s'en fout. Au japon tant qu'une fille ne met pas de décolter de ne montre pas ces épaules tout passe.

Lionel Dersot

Cette liberte la est justement la resultante de la non-communication, de la separation gaijins-locaux, ce qui offre cette illusion de liberte mais sans echanges particuliers. Ca a ses avantages. Au Japon, tout le monde ne s en fout pas. Au contraire, tout le monde regarde l air de rien sans rien dire.

Thomas

Oh que oui, ils regardent. Mais ils ne sifflent pas.
Je parle en tout cas d'une liberté dans l'habillement.
On en revient toujours au packaging finalement, le truc qui permet de catégoriser et de donner un rôle dans le groupe. Dans le cas ci-dessous, c'est mannequin ambulant pour Papy désoeuvrés

kuri

Thomas, tu te trompes. Pour la liberte vestimentaire, c est a Paris qu il faut aller.
Il ne faut pas confondre les visiteurs/clients -libres de s habiller comme des hookers- et les gens de la maison. Les touristes se sapent comme elles veulent, de toutes facons, elles risquent pas de croiser des connaissances.

Si on vit ici, c est autre chose. On ne porte pas la burqa au Japon, mais on n est pas libre pour autant.
Quasiment tous les employeurs habilites a avoir des gaijines dans leur ecurie imposent des dress-codes pires que chez les Soeurs [eikaiwa, grosses corporations], quand ce ne sont pas des uniformes reglementes jusqu au nouage du foulard et a la couleur du rouge a levres [hotellerie, restauration, tourisme...]. Il y a des petites boites un peu plus cools, mais c est parfois temporaire jusqu a ce qu ils trouvent qu un gaijin est trop mal sape et pondent un dress code.
Quand aux gaijines-shufus qui dealent avec des belles-doches, les instits de leur marmaille, le voisinage, etc, le look conseille c est plutot Masako-sama que Paris Hilton.

Si tu veux faire une bonne action, invite des profs de Nova a dejeuner -parait que c est la famine. En echange, elles te raconteront peut-etre les absurdites du dress-code et les histoires de jupe au genou a porter avec collant et chaussures fermees meme en ete, et dans certains cas meme en dehors des jours de boulot.

Kuri

Thomas

Kuri, je parlais de 2 Françaises hors du boulot. Peut-être d'ailleurs 2 profs de Nova qui avaient du temps libre...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.