« Un wagon dans le parc | Accueil | Un petit tour en vélo dans la campagne japonaise ? »

09 mai 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Pahluna

Merci beaucoup pour cet article.
Je ne connaissais pas Jules Brunet et l'histoire qui va avec.
Je viens encore d'apprendre une chose très intéressante.

KIJI

Très interessant!
J'ai déjà eu l'occasion de consulter un ouvrage relatant les modes opératoires pour aboutir à un katana de cette qualité. Je dois reconnaitre avoir été impressioné par le nombre et la spécialisation des corps des métiers : le polisseur, l'affuteur, le forgeron, etc. Cette chaine artisanale perdure encore je crois sur la région de Kyoto.

J'adorerai observer un forgeron ou un affuteur. Ne serait ce que pour échanger avec ces artisants porteur d'une véritable tradition et d'un savoir-faire unique

Merci pour cet article !

houbahop

Super article, merci.

Le petit détail qui tue (c'est le cas de le dire) dans cet article, c'est pour moi le trou dans le sabre. (me demandez pas pourquoi!)

Je me souviens avoir vu un documentaire tv sur la construction d'un katana japonais de qualité. De mémoire: le minerai utilisé pour faire les meilleures lames ne se trouve que dans une seule région du japon, la lame est composée d'une âme souple et d'un "enrobage" plus rigide (l'alchimie des deux consistant à permettre que la lame amortisse les vibrations engendrées par les coups, en pliant mais sans casser), l'homme qui l'affutait était le descendant d'une vieille famille de hauts fonctionnaires tokyoïtes, et disait s'être sévèrement coupé à de nombreuses reprises durant sa carrière. Enfin, du coté de ceux qui utilisent la lame pour pratiquer l'art du combat au sabre : si vous voyez une personne utiliser un vrai sabre qui tranche et peut blesser à mort hors de son fourreau, c'est que son niveau de dextérité est tel que son maitre lui fait suffisamment confiance pour lui autoriser cette folie.

Thomas

houbahop: je suis de ton avis, cette histoire de l'impact d'une flèche dans la lame, c'est ce que je retiens également !

JIM

J'avais entendu que le dernier samourai etait base sur une histoire francaise. Tres interressant ce petit passage de l'histoire et la vision de cet antiquaire: «Qu'est-ce qu'on était bien sous Tokugawa !» et «Ah, si la France et Jules Brunet avaient plus fait pour le Japon, on en serait pas là !», on se demande comment Jules Brunet pouvait en faire plus et on se demande aussi qui est responsable du retard technologique du Japon a l'epoque^^?!Amis de se remettre en cause, bonsoir!
Ce qui me fait penser aux nationalistes, alors que j'etais a Kyoto cette semaine j'avais l'impression qu'il y avait plus de nationalistes qu'a Tokyo. Beaucoup de pollution sonore des petites camionettes... Mais je garde neanmoins, un tres bon souvenir de mon sejour a Kyoto et repasserais suremment pour couvrir le reste de la ville^^.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.