« Le premier guide de Kyoto, Miyako Meishozue | Accueil | Souriez, vous êtes ébloui, mais filmé »

31 mars 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

JIM

Marrant le lien sur nihonjiron, bien que l'auteur utilise de temps en temps la mauvaise foi pour contrer la mauvaise foi^^.
Sinon ce qui n'est pas pris en compte dans le guide Michelin c'est la longueur de la queue pour rentrer dans le restaurant, qui est un parametre non negligeable dans les criteres japonais^^. Et la je vais affluer dans le sens des nihonjirons, clairement les etrangers ne comprendront jamais l'addiction qu'ont les japonais a faire la queue.

Thomas

Faut-il le comprendre ? Ou bien n'est-ce pas, parfois une fatalité dans un pays surpeuplé où beaucoup aiment à manger dehors ?!

akaieric

Je ne savais pas qu'il y avait des photos dans le guide michelin... du coup ça fait moins 'bible du gastronome'.

JIM

Peut etre une fatalite, mais il n'y a pas que ca. C'est le seul pays a ma connaissance, ou l'on propose, a des commerces, de louer des gens pour faire la queue dans le but d'attirer les clients^^;. Bref il y a quand meme un sacre probleme de moutonnerie dans ce pays. Alors si en plus on a le label "vu a la tele", c'est le jackpot!

Jacques Perrin

Bonjour, je rentre d'une visite de dix jours à Tokyo avec un groupe de dix personnes du Grand Jury Européen : nous avons testé une vingtaine d'étoilés Michelin pour vérifier l'adéquation des notes attribuées. Une expérience passionnante. Plus de précisions sur mon blog. Avec photos et videos (plus précises) plus live que celles du Michelin !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.